JOSÉE JOBIN

JOSÉE JOBIN PREND SA RETRAITE

Josée et le chien "Pluche"

Josée et le chien « Peluche »

Josée Jobin, psychologue clinicienne pendant 25 ans, ma conjointe depuis 18 ans, mon épouse depuis 10 ans, a pris sa retraite.  C’est maintenant officiel.  Josée se donnait un an pour atterrir, solidifier sa décision, officialiser la chose.   Eh bien c’est fait.   C’est officiel.  Josée Jobin a pris sa retraite.

Petite fille qui a grandi à  Neuville près de Québec et de la nature, Josée a étudié en Arts Visuels avec des artistes de renom.  Marcelle Ferron, Fernand Leduc, Michel Parent, Maurice Assier, Denis Morissette, Benoît East, etc.  Elle en est venue à  travailler comme graphiste, même si elle n’avait pas vraiment de formation de graphiste comme tel (Eh oui, c’était comme ça à  l’époque).  Malheureuse à  ce poste, elle y demeure jusqu’à  cette  nuit où elle fait un rêve important.  Dans ce rêve une femme lui dit qu’elle se prostitue en travaillant comme cartographe. Un mois plus tard elle quittera la fonction publique. Elle a toujours écouté ses élans intérieurs pour avancer.  Elle suit alors une formation complète en massothérapie.  Le goût d’aider.  Après quelques années elle a le sentiment d’être limitée dans ses capacités d’aider les gens.  « Je pouvais aider mes clients à  se sentir mieux physiquement mais pas pour les aspects émotionnels et psychologiques de leur expérience.  Mes clients me parlaient d’eux, comme à  une psychologue, mais je ne pouvais les aider dans cette avenue ».  Tout en faisant massothérapeute, Josée s’inscrit à  l’Université Laval en Counseling.  Elle termine sa maîtrise en 1991 et commence à  oeuvrer en clinique privée pour éventuellement quitter complètement le travail de massothérapeute.

Josée a toujours continué à  se former dans différentes approches mais son avenue de prédilection a toujours été la Psychothérapie Corporelle Intégrée, la PCI.  Une approche intégrée qui a comme point unificateur l’expérience corporelle (pas une surprise pour une ex-massothérapeute).  25 ans en clinique privée au centre ville de Québec.

Une professionnelle, une artiste, une femme inspirée et inspirante.

Josée, tu illumines ma vie et je te souhaite une belle et bonne retraite.

Luc Sévigny
_____________________________

Bonjour,

j’ai définitivement pris ma retraite de la profession de psychologue. Quelle profession! J’ai adoré ces 25 années où je me suis toujours sentie dans mon élément, en accord avec mes valeurs : aider, soigner, réconforter, soutenir, confronter au besoin, mais toujours dans l’intention d’aider, de contribuer à  l’évolution et à  la croissance personnelle.

Je tiens à  remercier chacun de mes clientes et de mes clients pour la confiance qu’ils m’ont témoigné en se livrant   moi. J’ai grandi avec vous. J’ai compris. J’ai appris. J’ai ainsi travaillé sur moi en même temps qu’avec vous et ce travail, même à  la retraite se poursuit.

Je n’arrêterai jamais de  m’observer, de remettre en question mes pensées, mes réflexes, mes jugements automatiques, mes questions existentielles sans réponses, … inutiles à  ma quiétude.  Et vous l’avez constaté comme moi, les pensées intrusives peuvent être tenaces.

Je choisis la paix intérieure et dans cet optique, je tente toujours d’observer mes pensées et d’être présente aux réflexes corporels reflétant mes états intérieurs. Les nommer, c’est déjà  m’ancrer dans mon corps en en reconnaissant les sensations.

C’est un « work in progress ».

Il ne faut pas se décourager, car plus le ménage de fond se fait et plus la surface s’entretient bien et est plus aisée à  nettoyer à  mesure. Et dans l’impasse, il faut en parler à  quelqu’un qui aura la distance pour vous aider à  y voir plus clair.
Bonne route et n’hésitez jamais à  consulter. Vous ne perdrez jamais à  mieux vous connaitre et ainsi, à  amener votre inconscient à  la conscience. Changez votre inconscient et vous changez votre destin!

Reproduire, reconnaitre, réparer! Je vous souhaite de tout coeur cette réparation à laquelle chacun-e de vous a droit.

Et comme vous le lisez, la psychologue n’est jamais bien loin…

Merci encore et bon cheminement.

Josée Jobin

_______________________